Parlons du parcours des prélèvements.

Mode de recueil des prélèvements

Après la mise en évidence, suit la phase de prélèvements et d’échantillonnage.
Là aussi, les méthodes sont multiples et fonction de la situation : prélèvements simples, grattage, utilisation d’adhésifs (pour les poils et les fibres…), humidification (pour une tache séchée, comme par exemple du sang), découpage, moulage (traces de pas, d’outils…)…

prelevements traces indices

Mallette de prélèvement des traces et indices

 

Des appareillages existent comme par exemple le révélateur électrostatique de particules qui permet de relever une empreinte de pas par action sur la poussière.

Mise en condition et acheminement des prélèvements

Pour la conservation et l’acheminement au laboratoire, le conditionnement doit garantir l’avenir de l’indice.
Les ennemis sont notamment l’humidité, la chaleur, la lumière qui dégradent par exemple les traces d’ADN.
Il faut privilégier le conditionnement individuel, éviter les frottements, séparer les contenants de liquides des autres prélèvements.

C’est ainsi que sur une arme de poing retrouvée sur une scène de crime et conditionnée en vue de l’expertise balistique, peuvent se trouver des particules de poudre, des traces de sang, des empreintes digitales, des fibres qu’il est nécessaire de préserver.

Mise à disposition de la justice puis de l’expert

Pour une mise à disposition de la Justice des indices, la réalisation de scellés est une obligation légale, de même que l’inventaire des pièces à conviction.

Traçabilité, continuité de la preuve sont les maîtres mots.

C’est la charge d’un enquêteur dit « procédurier ».

À lire également

error: Alert: Contenu protégé !!