Tout individu laisse son ADN un peu partout : sur une brosse à dent, un mégot, ou encore dans un cheveu pris dans les mailles d’un bonnet, encore plus systématiquement dans le sperme.

Cette recherche s’effectue quasi exclusivement sur les scellés transmis au laboratoire de police scientifique dans le cadre d’affaires d’agressions à caractères sexuels.

La caractérisation d’une tache de sperme se fait en 2 temps :

  • examen d’orientation pour visualiser la tache
  • examen de certitude mettant en évidence les spermatozoïdes

adn sperme

Examen d’orientation, mise en évidence de phosphatase acide

Les taches de sperme sont rarement visibles à l’œil nu.
Un test chimique est mis en œuvre pour les visualiser et les localiser.
Il consiste à mettre en évidence les phosphatases acides qui sont sécrétées en majeure partie dans le liquide séminal (400 fois plus que dans d’autres liquides biologiques) et seulement en faible proportion dans le sang.

Principe :

Les phosphatases acides sont des enzymes produites par la glande prostatique (PAP).
Elles catalysent les réactions de décomposition des composés du phosphate.
Cette propriété est utilisée pour la détection de liquide spermatique.
Le substrat utilisé est l’alpha-naphthylphosphate couplé à l’orthodianisidine comme révélateur.

La recherche n’est pas faite directement sur la pièce à analyser.
Par exemple, pour un vêtement, on réalise une « empreinte » en le pressant entre deux feuilles de papier absorbant humidifiées.

Les phosphatases acides éventuellement présentes sont alors partiellement transférées sur le papier absorbant.

Elles sont révélées en vaporisant une solution acide d’alpha naphtylphosphate de sodium et de colorant Fast Bleu B.

En présence de phosphatases acides, on observe une coloration violette sous forme de gouttes, taches ou zones violettes sur le papier absorbant.

L’empreinte sur le papier permet par analogie de localiser les taches suspectes sur le vêtement lui-même.

 

Résultats :

L’examen d’orientation est une technique qui a largement fait ses preuves, le transfert sur papier filtre permet :

  •  de localiser des taches de sperme sur de grandes étoffes comme des draps, des housses de canapé…
  •  de travailler de manière exhaustive sur l’ensemble des pièces à conviction sans les altérer.
  •  de détecter des taches de sperme sur des tissus de couleur sombre ou foncé ou supportant des motifs qui ne permettent pas de les percevoir.

 

Limites :

Bien que d’apparence simple, la lecture des résultats requiert une expérience certaine et de la prudence car la réaction peut s’avérer faussement positive en présence de certaines moisissures, jus de fruits, crèmes contraceptives … La vitesse d’apparition de la réaction et sa couleur sont importantes à surveiller :

  •  un délai inférieur à 30 secondes est en faveur de la présence de sperme, une vitesse d’apparition plus lente conduit à une réserve sur les résultats jusqu’au contrôle ultérieur.
  •  en présence d’autres types de secrétions biologiques (vaginales), les taches apparaissent plus roses que violettes.C’est la raison pour laquelle un examen de certitude est systématiquement mis en œuvre à partir des zones révélées comme positives au test d’orientation afin de confirmer ou infirmer la présence de spermatozoïdes en microscopie optique.

Examen de certitude : recherche de spermatozoïdes

La confirmation de la présence de sperme requiert la mise en évidence de spermatozoïdes par coloration cytochimique.

Les spermatozoïdes sont constitués : d’une tête de forme ovale avec un contour régulier, d’un corpuscule intermédiaire et d’un flagelle.
Compte tenu de leur longueur, comprise entre 50 et 70 microns, il faut au minimum un microscope optique pour les visualiser.

 

Mode opératoire :

Un fragment des taches suspectes est prélevé, mis à macérer dans du liquide physiologique.
Une goutte de macérat est déposée entre lame et lamelle (frottis) et observée au microscope optique après fixation, coloration et séchage.
Il est fait appel à des colorations cytochimiques différentielles ou spécifiques.
Les premières recourent au Christmas tree (les cellules épithéliales sont colorées en vert et le noyau en rouge, les spermatozoïdes en rouge et les flagelles en vert) ou à la coloration d’Isaac et Wurch (les cellules apparaissent colorées en bleu ou en rouge et le noyau en violet, les têtes des spermatozoïdes sont colorés en violet mais la coloration violette est moins intense au niveau de l’acrosome.

Les secondes peuvent faire appel à l’érythrosine qui colore l’acrosome.
L’interprétation du frottis s’appuie sur plusieurs variables qu’il convient d’identifier : aspect morphologique, taille et coloration.

Chaque millilitre de liquide séminal renferme au minimum 100 millions de spermatozoïdes.
Sachant qu’habituellement un homme émet 2.5 à 6 millilitres de liquide séminal par éjaculat, on pourrait donc penser que la détection de spermatozoïdes sur un frottis ne pose aucun problème.

En réalité, au cours des affaires traités en criminalistique, on ne distingue le plus souvent que peu de spermatozoïdes sur la lame car lorsqu’ils sont liés aux fibres d’un vêtement, ils sont fragilisés lors du séchage.

Par ailleurs, d’une part la mise en suspension de la tache dans du liquide physiologique stérile dont une seule goutte est exploitable au microscope, ne permet pas le relargage de leur totalité.
D’autre part, dans les prélèvements gynécologiques effectués sur une victime, réalisés plusieurs heures voire plusieurs jours après les faits de viol, en dépit de la durée de vie des spermatozoïdes dans les voies génitales (approximativement trois jours), leur quantité décline avec le délai d’observation.

Il convient d’être prudent lors de la lecture de la lame microscopique car c’est une opération délicate dont la maîtrise est indispensable.
En effet la reconnaissance des spermatozoïdes et l’estimation de la quantité de spermatozoïdes conditionnent la suite du processus analytique.

Pour certains hommes qui ne possèdent que peu ou pas de spermatozoïdes dans leur liquide séminal (oligospermie ou azoospermie), le profil génétique peut cependant être caractérisé car il existe d’autres cellules dans le liquide séminal pouvant révéler le caractère masculin.
La stratégie d’analyse consiste alors en une analyse génétique systématique quand un test d’orientation est positif et une recherche de spermatozoïde, négative.

À lire également

error: Alert: Contenu protégé !!