Pour revenir au début de l’histoire : ENQUETE ET CONSTATATIONS TECHNIQUES

Article précédent : TRACE PAPILLAIRE

 

REGROUPEMENT ET RECOUPEMENT

police scientifique regroupement et recoupement columbo

L’apport de la police scientifique ( INPS / SCIJ ) à l’enquête se ramène ainsi à l’administration d’une preuve indiciale, preuve indiciale qui est le résultat d’une élaboration scientifique dans laquelle le raisonnement, sous ses diverses formes, intervient pour relier les faits constatés au départ.

Beaucoup de ces faits exigent un examen hautement technique, faisant appel aux sciences physiques, chimiques ou naturelles, nécessitant l’intermédiaire d’un expert. Cette preuve se ramène donc, en un certain sens, à la preuve testimoniale dans un cadre circonstanciel, mais, le témoignage y est sélectionné et sa conclusion est scientifique. La circonstance y est délimitée et ses conditions sont matérielles.

Il n’en reste pas moins que la preuve indiciale a, de ce fait, une place discutée, certains la ramenant à une preuve testimoniale (l’expert n’étant, en somme, qu’un témoin particulier armé de moyens techniques qui ne font que prolonger ses sens), d’autres la ramenant à une preuve circonstancielle (tout à fait en rapport avec le fait recherché permettant d’inférer l’existence ou la modalité de ce dernier). Mais dans les deux cas, c’est méconnaître absolument sa singularité, qui est dans sa technicité toute impersonnelle, et ne la faire servir qu’à confirmer ou à compléter la preuve commencée, ou à remplacer toute autre preuve (par-dessus tout, cette preuve garde l’avantage d’être objective et impartiale, et basée sur des faits).

Place au regroupement et au recoupement dans l’enquête de police scientifique …

L’enquête a amené l’arrestation d’un suspect : la portrait-robot a aidé à préciser ses traits. On a retrouvé sur ses vêtements, plus ou moins déchirés (un bouton en a été arraché), des taches de sang humain du même groupe que celui du veilleur de nuit. Ses cheveux sont semblables à des cheveux arrachés au cours de la lutte, et retrouvés dans la main crispée de la victime.

Sur ces semelles moulées (dont on avait retrouvé la trace sur le parquet ciré, à l’entée du bureau du directeur), on a pu caractériser, tout au fond des dessins des chevrons, des poussières de kaolin (comme il s’en trouve aux alentours immédiats des ateliers de céramique).

Le pistolet, caché chez lui, a bien tiré l’ogive retirée du corps à l’autopsie et percuté l’amorce de la douille retrouvée sur les lieux du crime.

Enfin , les traces papillaires laissées en différents endroits des tiroirs ouverts et fouillés correspondent à plusieurs de ses empreintes digitales.

C’est le regroupement et recoupement des différentes données des témoignages, des circonstances et par-dessus tout des traces et indices, qui permettent de déterminer la personnalité du criminel et de démontrer sa participation au crime en cause. Une reconstitution permettra éventuellement plus tard de préciser ou de vérifier les déclarations de l’inculpé en fonction des indices recueillis et des résultats obtenus.

Ainsi sera bouclée la boucle, des faits aux preuves par regroupement et recoupement dans l’enquête de police scientifique.

Article à venir : LA PHOTOGRAPHIE DANS L’ENQUÊTE POLICIÈRE

Pour revenir au début de l’histoire : ENQUETE ET CONSTATATIONS TECHNIQUES



police scientifique de terrain
police scientifique
police scientifique rayonsX
police scientifique balistique
police scientifique laboratoire

Je veux tout savoir sur

la police scientifique


 Je deviens membre du site

Je veux accéder aux informations et cours EXCLUSIFS des experts en police scientifique

Je reçois mon livre en cadeau " Le chien des Baskerville "

À lire également

error: Alert: Contenu protégé !!