police scientifique de terrain
police scientifique
police scientifique rayonsX
police scientifique balistique
police scientifique laboratoire

Je veux tout savoir sur

la police scientifique


 Je deviens membre du site

Je veux accéder aux informations et cours EXCLUSIFS des experts en police scientifique

Je reçois mon livre en cadeau " Le chien des Baskerville "

Pour revenir au début de l’histoire : ENQUETE ET CONSTATATIONS TECHNIQUES

Article précédent : TRACES TACHES

TACHE DE SANG

police scientifique sang bluestar luminol

Sang invisible à l’oeil nu, révélé en phosphorescence bleue à l’aide de réactif de type Luminol

 

Parmi les taches et résidus il est commode, en raison des méthodes différentes de travail, de distinguer les taches et débris biologiques des taches et débris non biologiques.

Nous allons les envisager successivement… commençons par le sang…ou tout du moins la trace rougeâtre pouvant être du sang (à ce stade de l’enquête).

Il faut d’abord savoir trouver les taches (endroits d’élection), et ensuite savoir les comprendre (par exemple, pour des giclures ; angle, force). Procédant toujours par recoupements de méthodes fondées sur des principes ou des mécanismes différents, l’étude du sang en soi comporte plusieurs temps…

Et d’abord, qu’est-ce que cette trace rougeâtre ?

La caractérisation de la nature même de cette tache rougeâtre passe par différents stades de la connaissance : d’orientation d’abord, par des réactions extrêmement sensibles, mais peu spécifiques ; de probabilité ensuite, par des réactions moins sensibles mais plus spécifiques ; de certitude enfin, par des réactions à la fois sensibles et spécifiques. Après obtention des résultats, cette trace rougeâtre est bien du sang…

S’agit-il de sang humain ou animal ?

La connaissance de l’origine d’espèce du sang ne résulte pas de réactions chimiques mais sérologiques, beaucoup plus complexes. Toutes sont fondées sur la spécificité biologique.

Le résultat est positif : il s’agit de sang humain…

Quel est maintenant le groupe de ce sang ?

Tout sang humain appartient à l’un des quatre groupes principaux A, B, AB,ou O, absolument fixes d’avant la naissance jusqu’après la mort (cela se recherche par le jeu d’agglutinations de sérums et globules-tests).

Bien sûr, il existe en outre (et tous indépendants entre eux), les facteurs M et N, le facteur P, le système Rh, mais on n’y recourt pas couramment étant donné que l’on n’a jamais affaire ici à des taches bien nettes, déposées sur des supports bien propres.

Quelle est la provenance organique de ce sang ?

Autrement dit, ce sang peut-il provenir d’une hémorragie particulière (comme utérine, nasale ou autre) ?

Cette détermination est parfois possible grâce aux cellules que l’on retrouve dans une hémorragie, car elles sont souvent encore caractéristiques, par leur type, par leur forme, par leur taille, mais aussi et surtout par leurs groupements et leurs associations. C’est par des teintures cytologiques ou des réactions cytochimiques que ces caractéristiques sont au mieux mises en évidence.

Article suivant : Tache et débris : les poils

Pour revenir au début de l’histoire : ENQUETE ET CONSTATATIONS TECHNIQUES

À lire également

error: Alert: Contenu protégé !!