La médecine légale dans l’enquête de police scientifique

medecine legale

Médecine légale : découverte d’ossements humains

Lors de l’enquête, la police scientifique va être amenée à collaborer avec un interlocuteur habituel, à savoir le médecin légiste pratiquant les actes de médecine légale

Le recours à la médecine légale par l’intermédiaire du médecin légiste est indissociable de toute enquête criminelle, tant qu’il existe un cadavre ou bien une victime

(médecine du vivant).

Les constatations depuis la levée de corps jusqu’à l’autopsie ainsi que les analyses médicales ( anatomopathologie, toxicologie …) fourniront (ou pas) les informations afin de compléter les premières déclarations du ou des témoins et les éléments initiaux de l’enquête.

Ces actes sont réalisés sur réquisition du procureur de la République ou bien d’un officier de police judiciaire (OPJ).

Il existe différents types de travaux qui peuvent être demandés au légiste.

Concernant la levée de corps, son intérêt dans le cadre de l’investigation est évident. De multiples exemples soulignent que la levée de corps doit être effectuée par un praticien compétent, au mieux assurant secondairement l’autopsie si elle est pratiquée, ou du moins appartenant à l’équipe médico-légale assurant l’ensemble des constatations.

La levée de corps comporte l’examen du corps lui même, sur les lieux de découverte, mais également celui, sous un angle médico-légale, de la scène ainsi que toutes les constatations techniques et les prélèvements utiles.

Mais la médecine légale ne concerne pas que le monde la mort et des cadavres, elle touche aussi le monde du vivant aux travers de différents actes médicaux utiles à la manifestation de la vérité, tels que les examens des personnes  gardées à vue ( gav ) afin de valider (ou pas) la compatibilité de leur état de santé avec les mesures propres au régime de la garde à vue ou bien la branche victimologie consistant à déterminer l’incapacité totale de travail des victimes.

C’est cette même incapacité de travail qui permettra de déterminer la sévérité de la ou des blessures et de qualifier  en partie l’infraction.

Ces constatations de médecine légale peuvent être d’un intérêt crucial et permettent, de concert avec les techniciens de scène de crime des services de police et de gendarmerie, une orientation dès le début de  l’enquête basée sur des faits vérifiés dans leur réalité concrète (matérielle).

À lire également

Submit your review
1
2
3
4
5
Submit
     
Cancel

Create your own review

Average rating:  
 1 reviews
TOP

J'ai toujours rêvé d'un site comme celui-ci.Merci et surtout continuez...dites nous en plus !

error: Alert: Contenu protégé !!