Forte mobilisation de l’ Intersyndicale Police Scientifique de plus de 80% des personnels scientifiques de la police nationale pour réclamer un nouveau statut

greve forte mobilisation intersyndicale police scientifique pts

 

Environ 80 % des personnels de la police scientifique de la police nationale étaient, selon leurs syndicats, en grève mardi 3 novembre 2015 pour réclamer un « statut spécifique ».
Près d’un millier d’entre eux ont manifesté et se sont dirigés en cortège vers l’Assemblée nationale, où leurs représentants ont été reçus par trois députés Les Républicains.
Les dernières propositions du gouvernement pour adapter le statut des agents scientifiques à leurs missions n’ont pas convaincu les personnels concernés et pourraient conduire à d’autres mouvements.
« Le nouveau projet qui nous a été présenté est inacceptable. C’est une insulte pour les agents scientifiques », déclare Samuel Rémy, secrétaire général du SNPPS, mardi 3 novembre 2015.
Il fait référence à une réunion de l’intersyndicale des organisations d’agents scientifiques et le directeur adjoint de cabinet de Bernard Cazeneuve, Éric Morvan.
Au cours de la rencontre, ce dernier a présenté un nouveau projet de réforme prévoyant le maintien du statut actuel des scientifiques accompagné de plusieurs évolutions, en particulier la création d’une prime mensuelle de 110 à 120 euros pour les agents, ainsi que l’octroi d’une arme de service et d’une qualification judiciaire pour procéder à des scellés, comme l’ont rapporté les syndicats dans un communiqué et un tract .
La nouvelle proposition fait suite à deux projets abandonnés de doter les agents scientifiques d’un statut dit « actif », projets qui n’ont pas reçu l’aval de Matignon.
Seule cette évolution permettrait pourtant, selon les syndicats, une augmentation de la rémunération des quelque 2 250 personnels scientifiques et une adaptation de leur statut à leurs contraintes.
La déception liée à l’abandon de deux projets successifs explique, selon Nathalie Markarski, secrétaire générale du Snapatsi, la « très grosse mobilisation » des personnels pour cette journée de grève.
Plusieurs responsables syndicaux ( SNIPATSNPPSSNAPATSI ) estiment que le mouvement de protestation pourrait dans les semaines qui viennent prendre la forme d’une « grève du zèle ».
Les personnels scientifiques pourraient exiger la protection policière qui est due à la plupart d’entre eux sur les scènes d’infraction, ainsi que la présence d’officiers de police judiciaire pour placer les éléments de preuve sous scellé.
A suivre…

À lire également

error: Alert: Contenu protégé !!