Rechercher les empreintes digitales est l’une des premières choses que font les agents de la police technique et scientifique sur une scène de crime.
Mais un rapport publié par un organisme britannique affirme que les empreintes ne sont pas de si bonnes preuves que ça.

Regardons cela de plus près…

 

Et si les empreintes digitales n’étaient pas aussi uniques qu’on ne le pense ?

Au niveau de leurs extrémités, nos doigts sont parcourus de fins plis et de crêtes formant ce qu’on appelle des dermatoglyphes. Ce sont ces dessins que l’on aperçoit quand on appose son empreinte digitale quelque part. Mais d’une personne à l’autre, ces dessins vont être très variables, leur donnant un caractère unique… ou bien « quasiment unique » selon nos voisins britanniques.

C’est pourquoi les empreintes digitales constituent depuis plusieurs années un outil clé pour identifier les individus en médecine légale et dans la police scientifique.

Trouver des empreintes sur une scène de crime peut ainsi constituer une preuve majeure pour déterminer ce qu’il s’est passé.

Pourtant, un expert affirme aujourd’hui que ce système ne serait pas aussi fiable qu’on le pense.
En effet, les empreintes ne seraient pas aussi uniques qu’espérées.

Selon les estimations couramment admises, la probabilité que deux personnes aient la même empreinte digitale est de 1 sur 10 puissance 14.

Un taux très faible à l’échelle de la population humaine.
Mais Mike Silverman, l’homme qui a introduit le premier système de détection automatique des empreintes digitales à la Metropolitan Police de Londres explique que l’étude des empreintes est loin d’être parfaite car elle subit divers facteurs qui jouent sur son efficacité.

Des empreintes pas si fiables ?

« Deux empreintes digitales ne sont jamais exactement semblables dans le moindre détail; même deux impressions réalisées immédiatement l’une après l’autre avec le même doigt ne le sont pas », a indiqué Silverman repris par Red Orbit :
« Et l’empreinte digitale n’est souvent pas parfaite, particulièrement sur une scène de crime. Elle peut être sale ou tachée. Il y a toute sorte de choses qui réduisent la précision ».

« Les empreintes digitales de toute la population n’ont pas été enregistrées donc c’est impossible de prouver qu’aucune n’est identique à une autre », a t-il poursuivi.

D’autres facteurs comme des maladies de peau peuvent également affecter le caractère unique des empreintes, en les rendant moins lisibles.

De plus, la peau des personnes âgées étant moins élastique, leurs traces peuvent paraitre moins nettes. Les membres d’une famille peuvent également partager des motifs similaires.

« Pour toutes ces raisons, les empreintes digitales sont bien moins fiables que certains ne le pensent » , a souligné Silverman, et surtout que certaines émissions télévisées ne le laissent suggérer. « [Dans la réalité], il faut un examinateur expert pour déterminer si l’empreinte relevée sur une scène de crime et l’empreinte prise sur un sujet sont susceptibles de provenir du même doigt », a précisé le spécialiste au Telegraph.

Des interprétations variables

police scientifique empreintes digitales

Minuties des empreintes digitales

Pour comparer deux empreintes, les experts et les logiciels se concentrent sur plus d’une centaine de points caractéristiques. Si au moins 10 (12 en France) de ces points apparaissent semblables, les deux empreintes peuvent être associées. Néanmoins, comme l’a relevé Silverman, les exemples ne manquent pas pour illustrer les erreurs judiciaires qui peuvent être commises en ne se basant que sur les empreintes digitales : le cas de Brandon Mayfield reste le plus connu.

Un autre facteur crucial d’après l’expert est l’erreur humaine.
Une étude menée par des chercheurs de la Southampton University et citée par Red Orbit, a montré que deux-tiers des experts qui se sont vus présenter, sans le savoir, la même série d’empreintes à deux reprises ont abouti à une conclusion différente la seconde fois qu’elle leur a été montrée.

Une variabilité qui réduirait encore la précision du procédé

Si les techniques d’étude et de révélation des empreintes digitales se sont perfectionnées, elles seraient donc loin de suffire pour identifier l’auteur d’un crime.
Au cours des dernières décennies, les enquêteurs ont toutefois ajouté de nouvelles cordes à leur arc, avec notamment l’arrivée des analyses ADN.

Le travaille d’enquête constitue toujours une des pierres angulaires de la manifestation de la vérité.

À lire également

error: Alert: Contenu protégé !!