Parlons de la PTS du côté de la gendarmerie nationale.

L’Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale ( IRCGN ), laboratoire de criminalistique de l’arme, œuvre sur un plateau technique pluridisciplinaire et se caractérise par une grande diversité de compétences expertises et par une capacité de projection sur les scènes de crime.

IRCGN institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale

En pratique, l’IRCGN comporte trois divisions criminalistiques composées chacune de quatre départements :

  •  division criminalistique Physique-Chimie : départements environnementincendiesexplosions, toxicologie, balistique, microanalyse ;
  •  division criminalistique Ingénierie-Numérique : départements signalimageparole, informatique, véhicules, faux documents et expertise en écriture manuscrite ;
  •  division criminalistique Identification Humaine : anthropologiethanatologieodontologie, empreintes digitales, empreintes génétiques, entomologie.L’IRCGN a pour mission de contribuer par des examens scientifiques, à l’établissement des preuves relatives aux infractions pénales constatées par les Officiers de Police JudiciaireOPJ ) de la gendarmerie et de la police nationale. A ce titre, l’IRCGN, conformément aux règles de la procédure pénale et selon des protocoles d’assurance de qualité stricts (accréditation selon la norme ISO 17025 par le Comité Français d’Accréditation ou COFRAC)  :
  •  participe à la formation des personnels de la gendarmerie dans les divers domaines de la police technique et scientifique ( PTS ) ;
  •  effectue des recherches rendues nécessaires par le développement des techniques d’investigation criminelle, assure une veille technologique permanente et entretient des échanges avec les laboratoires de police français et étrangers ;
  •  joue le rôle de conseiller scientifique, voire de référent dans le cadre de travaux interministériels.

À lire également

error: Alert: Contenu protégé !!