Parlons de l’expertise incendie dans l’enquête de Police Technique et Scientifique ( PTS ).

Cette discipline est complexe à maîtriser et l’expérience de l’expert participe grandement à la qualité des réponses fournies aux questions courantes :

  • Où a débuté l’incendie ?
  • Pourquoi l’incendie s’est-il produit ?
  • Comment s’est comporté l’incendie ensuite ?
  • Incendie criminel ou bien accidentel ?

expertise incendie criminel

Une des particularités de l’enquête pour déterminer l’origine et les causes d’un incendie réside dans le fait que le feu détruit les traces et indices.
L’expert doit donc examiner ce qui subsiste après l’incendie et recueillir des informations pour reconstituer l’état du site avant l’incendie et déterminer les évènements qui ont conduit à la naissance et au développement du feu.

Je me souviens encore de ce terrible incendie ayant emporté la vie de deux personnes âgées, et pour lesquels j’ai établi et démontré  l’origine accidentelle de ce drame grace à des spaghettis encore droits mais humides retrouvés dans les cendres de la cuisine… tout cela pour démontrer que la plus insignifiante chose peut conduire à la manifestation de la vérité et, dans le cas présent exclure l’incendie criminel.

Compte tenu de l’importance économique des dommages causés par les incendies, de nombreux ouvrages traitent du sujet.

Plusieurs ouvrages considérés comme des références ont connu de nouvelles éditions. Je citerai le guide intitulé NFPA 921 : Guide For Fire and Explosion Investigation.

Si le guide de la National Fire Protection Agency (NFPA) n’a pas le statut d’une norme, il est recommandé aux enquêteurs européens d’en suivre la méthodologie par une approche systématique :

  •  la mission doit être clairement notifiée à l’expert ;
  •  l’enquêteur planifie l’enquête et rassemble les outils, les équipements et le personnel ;
  •  les lieux du sinistre sont examinés et les informations le concernant sont recueillies ;
  •  les indices matériels sont prélevés, décrits, analysés et évalués ;
  •  la méthode scientifique est utilisée pour analyser l’information obtenue.

L’application de la méthode aux différents types d’incendie rencontrés dans la pratique (incendies de véhicules, incendies d’origine électrique) est ensuite exposée.
Aux Etats-Unis, devant les tribunaux, les experts doivent respecter la méthodologie du Guide NFPA 921 ou justifier les raisons pour lesquelles ils ne l’ont pas suivie (ce n’est pas le cas en Europe).
Autre ouvrage intéressant  » An Introduction to Fire Dynamics » de Dougal Drysdale qui met en évidence que l’étude des incendies ne peut pas se limiter à la connaissance des caractéristiques physico-chimiques des matériaux concernés mais qu’il est important de tenir compte de leur disposition et de leur environnement.

Il est donc fait appel à la chimie mais aussi à la thermodynamique (transfert de chaleur), la dynamique des fluides.
Un autre ouvrage, suisse cet fois « Incendies et explosions d’atmosphère » par Jean-Claude Martin aux Presses Polytechniques et Universitaires Romandes.

Cet ouvrage constitue une méthodologie de l’expertise fondée sur la physique des phénomènes qui régissent les incendies et qui s’appuie sur de nombreux exemples de feux réels.

Dans cet article je vais vous présenter une synthèse de l’expertise incendie accessible à un large public qui souhaite connaître la démarche des experts en matière d’incendie et d’explosions sans devoir approfondir les bases scientifiques sur lesquels ils s’appuient.

Il convient d’ailleurs de remarquer que s’il est important de pouvoir déterminer par le calcul les températures atteintes, les flux d’énergie, la chronologie de l’évolution des incendies, ces déterminations font encore l’objet de nombreuses études rendues compliquées par le nombre des variables à prendre en compte et la difficulté de disposer d’une connaissance précise des valeurs de toutes ces variables.

Les modélisations rendues possibles par le développement de codes informatiques, constituent une contribution intéressante, mais elles font aussi appel à des hypothèses simplificatrices et résolvent parfois le problème de l’insuffisance de la connaissance des grandeurs réelles en recourant à des valeurs probables déterminées à partir des valeurs provenant des incendies réels ou d’essais en vraie grandeur.
La démarche est prometteuse et elle fait l’objet de nombreuses recherches.

 

Expertise incendie : Définitions

Les notions de feu et d’incendie sont tellement familières qu’il paraît superflu de s’y attarder.
Le fait que tous les organismes normalisateurs y aient travaillé montre que le problème n’est pas si simple.

 Les définitions les plus simples et les plus généralement admises :

  •  L’incendie est une combustion incontrôlée.
  •  La combustion est une destruction par le feu.
  •  Le feu est une réaction d’oxydation rapide auto-entretenue qui s’accompagne de chaleur et d’émission lumineuse.

 

Expertise incendie : Mécanisme de la combustion

expertise incendie vehicule

Conditions d’apparition des flammes

Le feu implique donc la présence simultanée d’un combustible (réducteur), d’un comburant (oxydant) et d’un apport d’énergie.

La flamme est un milieu réactionnel gazeux hautement énergétique où se produisent et s’entretiennent des réactions chimiques, des phénomènes de diffusion d’espèces chimiques et de chaleur, ainsi que des émis- sions lumineuses.

D’une manière générale, les combustions se produisent en milieu gazeux.

La combustion implique, sous l’effet d’une source de chaleur, les étapes suivantes :

  •  les solides commencent à se liquéfier ou à se sublimer sous l’effet de la chaleur ;
  •  les liquides se vaporisent ;
  •  les vapeurs en mélange avec l’air s’enflamment.

L’inflammabilité des solides, des liquides et des gaz dépend de leur nature chimique et de leurs caractéristiques physiques : point de liquéfaction, température d’ébullition.
Mais elle dépend aussi de leur état de division, de leur surface apparente.

Il existe une infinité de produits inflammables.
Le solide inflammable le plus simple et le plus courant est le carbone alors que le gaz inflammable le plus simple est l’hydrogène.

Les hydrocarbures, de formule générale CnHp, sont tous inflammables selon la réaction :
CnHp + (n+p/2)O2 = nCO2 + (p/2)H2O

Cette réaction est très simplifiée.
La combustion du méthane passe par de nombreuses étapes intermédiaires par lesquelles des radicaux libres sont produits et se combinent pour enfin se désactiver.

La flamme de la bougie donne un bon exemple de la combustion des solides.
La bougie ne brûle pas.
Pour l’allumer, on chauffe la cire qui imprègne la mèche.
La cire fond, les composés les plus légers de la cire liquide se vaporisent en même temps que les composés plus lourds se décomposent en produits légers qui se mélangent à l’air sous l’effet de la chaleur.
Toujours sous l’effet de la chaleur les gaz combustibles qui dans le cas présent sont constitués de molécules dans lesquelles sont associés l’oxygène, l’hydrogène et le carbone, réagissent avec l’oxygène de l’air dans un choc intermoléculaire qui produit de l’énergie.

L’énergie apportée au mélange gazeux entraîne la formation de radicaux libres qui sont des espèces chimiques très réactives.
La durée de formation-inflammation du mélange est de l’ordre de la milliseconde.
Cette énergie entretient la fusion (rayonnement) de la cire en partie haute de la bougie.
La cire liquéfiée monte dans la mèche, se vaporise, se décompose en produit gazeux inflammable et le processus s’auto-entretient.

Dans la flamme et autour de la flamme, des mouvements de gaz se produisent qui alimentent la combustion en air suivant le principe d’Archimède (les gaz chauds montent) et par l’aspiration d’air du fait de la diminution du volume d’oxygène consommé par la combustion.

Si cet exemple de la bougie peut paraître un exemple simple il conserve son intérêt notamment parce que les bougies sont souvent utilisées pour initier des incendies volontaires en permettant de constituer des systèmes à retard simples et son encore malheureusement à l’origine de nombreux incendies accidentels.
Une publication  [A. Hammins, M. Bundy, S.E. Dillon, Journal of Fire Protection Engineering. Nov. 2005]  lui est consacrée.
Elle rapporte l’étude théorique et expérimentale de la flamme de la bougie et conclut que de nombreux travaux restent à effectuer pour déterminer la propagation de la flamme aux matériaux environnants. L’exemple de la bougie reste donc d’actualité pour illustrer le phénomène de la combustion et démontre la complexité des phénomènes physiques qui interviennent lors d’un incendie.

Les flammes sont les manifestations lumineuses et thermiques qui accompagnent les combustions vives.



police scientifique de terrain
police scientifique
police scientifique rayonsX
police scientifique balistique
police scientifique laboratoire

Je veux tout savoir sur

la police scientifique


 Je deviens membre du site

Je veux accéder aux informations et cours EXCLUSIFS des experts en police scientifique

Je reçois mon livre en cadeau " Le chien des Baskerville "

Expertise incendie : Les gaz de pyrolyse

Cet article est disponible à l'achat.
Merci de sélectionner une option disponible ci-dessous pour accéder immédiatement à cet article.
Vous serez ensuite reconnu par le système et aurez accès à ce contenu pour une durée de 1 an.

Register & Purchase  Purchase Only  

À lire également

error: Alert: Contenu protégé !!