Article précédent : ENQUETE ET CONSTATATIONS TECHNIQUES

LES ENQUETEURS DE POLICE

enquêteurs concours aspts police scientifique

Enquêteurs de la police scientifique accompagnés d’un officier de police judiciaire.

 

Soit donc un crime : le veilleur de nuit est retrouvé au matin, à l’ouverture de l’usine (une usine de céramique), par la femme de ménage, tué d’un coup de feu, dans le bureau du directeur (la porte a été forcée, le classeur éventré, les tiroirs fouillés). Le tout est dans un désordre indescriptible. Arrivent alors ce qu’il est convenu d’appeler  » les enquêteurs « , venant procéder aux  » premières constatations  » (policiers scientifiques accompagnés d’officiers de police judiciaire). Ce sont les opérations fondamentales de l’enquête (et pour tout dire, de la criminalistique en général, dont on va, maintenant, parcourir un panorama momentanément abstrait de la réalité…).

La criminalistique ( ou science forensique ), ensemble des procédés applicables à la recherche et à l’étude du crime pour aboutir à sa preuve, est fondée sur le fait qu’un criminel (le plus souvent à son insu) laisse toujours, sur les lieux de son crime, des traces ; que réciproquement il y recueille, sur sa personne, sur ses vêtements, sur son matériel, d’autres traces (tout indice ordinairement imperceptible, mais caractéristique de sa présence ou de son action).

C’est que, en effet, si ce sont bien les hommes qui commettent les crimes, c’est toujours par ou avec des choses en tant qu’intermédiaires et ce sont ces choses, devenues par là même « indices », qui alors constitueront ladite preuve des faits auxquels elles se rapportent. Les indices sont parfois évidents, mais cette évidence ne saurait rester sans contrôle ; le plus souvent, il faut les rechercher (et recherche et contrôle se peuvent surtout par les moyens du laboratoire de criminalistique).

Les premières constatations sur les lieux sont effectuées par des commissaires, officiers de police judiciaire, assistés de techniciens d’identité judiciaire : leur fin immédiate est de fixer l’état des lieux, de rechercher, de préserver (ou de prélever ou relever) tous indices, taches ou traces, pouvant éventuellement expliquer l’homicide, le suicide, l’accident…

L’intérêt de ces constatations est en effet capital : la récolte de ces futures preuves matérielles objectivera souvent la relation qui les rapporte à l’homme ou à la chose qui les a produites ; mais leur efficience est évidemment fonction de l’état des lieux (trop souvent modifié pour des raisons, parfois impérieuses d’ailleurs, de sécurité ou de salubrité, voire d’humanité) fonction aussi de la célérité d’intervention des spécialistes :  on ne saurait trop insister sur le nombre d’affaires qui n’ont pu connaître d’aboutissement en raison de constatations par trop sommaires ou par trop tardives, ou rendues impossibles par les modifications involontaires, de l’état des lieux.

Article suivant : PHOTOGRAPHIE ET CROQUIS CÔTÉ

À lire également

error: Alert: Contenu protégé !!